In LIFESTYLE

Atelier terrarium

Rassurez-vous, faire un terrarium c’est SIMPLE. Il suffit juste de suivre la recette. 

Pour se faire j’ai compté sur les conseils du bouquin « Terrarium » aux éditions Marabout.

Demandez-vous déjà si vous souhaitez un terrarium type « forêt » (mousses, fougères…) ou type « desert »(cactus, plantes grasses), ceci déterminera toute la suite de votre préparation terrarium.

Enfin, organisez votre journée terrarium entre amis ou en famille. La plupart des éléments étant vendu moins cher en grande quantité… Alors faites-en plusieurs et à plusieurs !

Ici il s’agira d’un terrarium type « forêt » donc humide donc fermé !


Préparer votre liste de courses :

– un bocal adapté à la taille des plantes que vous souhaitez y mettre + avec un couvercle

– de jolies plantes supportant l’humidité : ficus, fougère, lierre, acera…

– du gravier ou sable pour faire joli

– mousse de sous-bois

– terreau pour plante verte

– pouzzolane

– un saladier

– une petite pelle de jardinage

– un pulvérisateur

– un morceau de tissu géotextile (normalement trouvable en jardinerie)

– l’investissement dans des minis outils de jardinage ne sont pas fondamental mais vous verrez qu’une fois tout en place il vous sera difficile d’accéder au fond du terrarium

En premier lieu, enlevez les pots de vos plantes et faites les tremper dans un saladier avec un fond d’eau. Après avoir nettoyé votre bocal, vous pouvez placer au fond quelques centimètres de pouzzolane : 2-4 cm (elle permettra de drainer d’arrosage afin que la terre respire et que vos racines de pourrissent pas). Découpez votre géotextile à la circonférence de votre bocal, veillez à ce qu’il ne dépasse pas, ça sera dommage de le voir. Vous pouvez ensuite mettre vos graviers ou sable décoratif (j’ai choisi du sable gris). Viens maintenant la partie où généralement on en « fout partout » : le terreau. Munissez-vous de votre pelle et déverser entre 5 et 8 centimètres de terre. 

Faites attention à ce que vos plantes ne touchent pas le haut du bocal, elles n’auraient alors plus la place de grandir ! J’en ai moi-même fait l’expérience avec mon ficus. « Ah bah zut, le ficus ne rentre plus… »

Maintenant arrive la phase de l’artiste où vous placerez où bon vous semble vos plantes : faites un petit trou, placez ses racines et ramenez la terre à son pied. Une fois toutes les plantes à leurs places vous pouvez recouvrir la surface avec vos plaques de mousse, n’hésitez pas à la déchirer, cela évitera les trous. La mousse sert d’isolant et garde l’humidité dans la terre.

Valérie Damidot sort de ce corps, il est l’heure de « décorer » : petites figurines, écorces d’arbre, galets, pommes de pain, etc… l’imagination n’a pas de limite…

Voilà votre terrarium beau comme un sou ! Pensez à pulvériser un peu d’eau pour aidez vos plantes à prendre racine. À partir de ce moment, il vous faudra attendre 48h pour enfin fermer votre bocal.

Il est temps de faire le ménage du sac de terreau éventré et de la mousse qui a fait son petite bonhomme de chemin par terre…

Une fois ce délai passé, vos plantes s’autogéreront, il vous faudra juste pulvériser de temps en temps et aérer en ouvrant le bocal environ 1 à 2 fois tous les deux mois. Une fois vos plantes bien grandies, pensez à les tailler car sinon dans plusieurs mois vous n’aurez plus de visibilité à l’intérieur de votre terrarium…

Si vous voyez vos plantes commencer à être fatigué, à perdre leurs feuilles, ouvrez le terrarium et laissez-le ouvert jusqu’au total rétablissement de la santé de vos plantes… (je vous jure que ça marche) !

Je ne suis pas professionnelle, juste une simple amatrice des choses faites maison, j’imagine qu’il existe tout un autre tas de manière de construire un terrarium. Celle-ci est simplement celle qu’il m’a servi à faire le mien avec succès.

Bon courage dans l’entreprise de vos créations, et rappelez-vous, le verre ça casse (@makeitflow).

Share Tweet Pin It +1

You may also like

Bruxelles, Belgique

Posted on 4 juin 2019

Rome, ville éternelle

Posted on 9 septembre 2019

Les lanternes de Gaillac

Posted on 10 janvier 2020

Previous PostBruxelles, Belgique
Next PostJour de confiture

No Comments

Leave a Reply